lundi 30 janvier 2012

N°87


Au matin. Avec Victor.

Victor surgit du sommeil, précédé de sa queue tendue. Cela fait longtemps que je n'avais pas passé une nuit avec un amant et j'avais un peu oublié cette faim dés le matin. J'aime tenir sa queue dans ma main, y entourer mes doigts, avec douceur et fermeté. La découvrir vivante, palpitante de désir, chaude, douce. Je ne me lasse pas de la caresser, de la sucer, de la déguster.
Alors que je suis agenouillée au dessus de lui, sa queue allant et venant dans ma bouche, Victor sort ses ongles pour griffer mon dos. Je gémis en coulant (à moins que je coule en gémissant). Plus je le suce, plus ses ongles lacèrent mon dos, plus je suis excitée.
Alors qu'il pétrit mes épaules et mon cou, ma main descend entre mes cuisses et m'offre un orgasme.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire