lundi 23 juin 2014

N°208


Chez moi. Fin de journée. Avec Samuel.

Je l'attends vêtue d'une seule petite robe, sans culotte. A peine entré chez moi, Samuel m'enlace, m'embrasse. Sa langue me produit toujours beaucoup d'effet. Elle se glisse dans ma bouche, se faufile entre mes lèvres, s'enroule autour de la mienne. Ses mains parcourent mon corps, caressent mes courbes, explorent leur territoire. Nos baisers et mon absence de culotte nous emmènent rapidement au point de non-retour. Cinq minutes à peine après son arrivée, je sais que je serai consommée avant même l'apéro. 

Samuel m'enlève ma robe sans ménagement, me couche sur le canapé. Mes cuisses écartées dévoilent une chatte luisante d'excitation. Je ne peux retenir un gémissement alors qu'il y met la main. Mon bassin ondule, cherchant le contact de son corps. 
J'essaie de déboutonner son pantalon, de libérer sa queue gonflée, à l'étroit dans son jean. Je la prends en bouche alors que sa main ne quitte pas mon intimité ruisselante. Je le suce longuement. Mon cerveau a migré entre mes cuisses. Ses doigts me fouillent, m'explorent, m'arrachant des gémissements et des "encore". Je me tords et me cambre, propulsant mon corps vers un orgasme libérateur.


2 commentaires:

  1. « Mon cerveau a migré entre mes cuisses » C'est exactement cela !

    RépondreSupprimer
  2. Mon dieu ! je vois et ressens nettement la scène !

    RépondreSupprimer